Mécèn'Arts : association de solidarité des arts plastiques et visuels

dimanche 25 avril 2010

Portrait nouvelle adhérente : Annick LEROY (sculpture)

Et hop!, hauteur 32 cm, céramique enfumée, 1998
Annick LEROY pratique la sculpture figurative en bronze et monumentale à Rennes. Suite à ses débuts artistiques avec les cours de dessin de nu à Los Angeles dans les années 80, elle a suivi des formations de sculpture. Notamment à Los Angeles et avec Martine Vaugel, sculpteur américaine, professseur au New York Academy of Art : la seule femme à avoir gagné 2 fois le Grand Prix International Rodin de Figure Monumentale. "Partagée depuis toujours entre l’architecture et la sculpture, ce sont les évènements qui ont orienté mon choix. J’ai eu la chance de démarrer des études dans une époque bouillonnante, en 1969, mais aussi dans une époque de remise en question complète des écoles d’art. J’ai fini par m’orienter vers une voix scientifique et par rentrer au CNRS [NDLR - ingénieur en informatique]. J’ai poursuivi une carrière à mi-temps, occupant le reste de mon temps à dessiner, peindre et sculpter. Quelques évènements ont marqué ma formation : une année sabatique qui m’a emmenée en Afrique avec mon carnet de dessin, puis à Los Angeles où j’ai pris des cours de dessin de nu et de sculpture."


Annick travaille aussi sur commande et en réponse aux appels d'offre liés à la fameuse obligation des 1% de décoration des constructions publiques. Ses oeuvres se caractérisent par le mouvement des corps d'attitudes saisies « au vol » et l'expressivité des visages de la comédie humaine. "Sculpteur figuratif contemporain et que je suis avant tout attirée par le mouvement. L’aspect contemporain est mis en relief par les mises en scène : décomposition du mouvement d’une symphonie, corps suspendu dans l’espace, ou par le choix des émotions : sdf sous sa couverture, femme fauve sur un tabouret… J’ai horreur du corps objet, je cherche l’intensité et l’émotion sans étalage de la chair, même si je représente l’individu dans sa nudité."
Sous la pluie, fontaine en bronze,
hauteur 50 cm, 2009
"Hymne à la vie",
monument aux morts
pour la ville de Noyal-sur-Vilaine,
bronze, hauteur 4,50 m, 2004

Annick a déjà eu une expérience positive des associations artistiques. Mécèn'Arts espère être à la hauteur de l'effet solidarité attendu. "J’ai la chance d’habiter en Bretagne et d’avoir fait partie à mes débuts de l’association Sculpteurs Bretagne qui regroupe une centaine de sculpteurs bretons. Cela permet un échange de bons tuyaux, des expositions de groupe, un catalogue collectif qui permet de se faire connaître et de bons et loyaux services. Et tout cela sans jalousie, ni critique méchante !"

"Lunchtime atop a skyscrapper" inspirée de C. Ebbets,
bronze, longueur 5.50 m, 2007
Si Mécèn'Arts ne devait retenir qu'une oeuvre d'Annick (quel dommage, je sais !), ce serait celle inspirée d'une deux photos qui a rendu célèbre Charles Clyde Ebbets. "Lunchtime atop a Skyscraper" a été réalisée pendant le construction du Rockefeller Center en 1932. Elle représente 11 ouvriers déjeunant sur une poutre au-dessus du vide au 69e étage et sans la moindre sécurité. Cette image m'est doublement marquante pour l'effet visuel inédit à l'époque et pour l'histoire de l'évolution des mentalités en matière de risque. "J’aime les challenges ! Lorsqu’on m’a commandé la reproduction en taille réelle de la célèbre photo de Charles Ebbets, qui représente des travailleurs en train de pique-niquer sur une poutrelle au-dessus de Manhattan, je n’ai pas hésité une minute ! C’était ma première œuvre en taille réelle et je ne la renie pas."

Malgré de beaux succès avec ses sculptures monumentales, Annick reconnait encore des déceptions récurrentes inacceptables. "Avoir une belle idée pour un concours, genre 1% artistique, puis recevoir une lettre annonçant qu’on a pas été retenu. Parfois on apprend que le concours était pipé, mais le plus souvent on ne saura jamais pourquoi notre projet n’a pas retenu l’attention, ni quels étaient les candidats en lice, encore moins comment on se place dans l’éventail des candidats [...] Je vois très mal l’avenir de l’art en France. Etant plutôt figurative, je vis très mal la tendance actuelle qui est de gommer l’humain et de rendre le discours prépondérant. Beaucoup de frime, beaucoup d’argent, peu de talent…"

Enfin, signalons qu'Annick LEROY prépare une exposition à Cancale dans la « Halle à marée » en juin et une exposition dans la galerie Danièle Bourdette à Honfleur en compagnie du peintre Serge Labégorre, du 10 juillet au 16 août. Souhaitons lui de belles rencontres !

1 commentaire:

  1. Je souhaite réagir sur cette citation:
    "gommer l’humain et de rendre le discours prépondérant…"
    Etant artiste aussi, le sujet humain ne permet pas d'exprimer tous les messages de chacun. C'est peut être en cela que l'abstrait est plus présent.
    S.Cregut

    RépondreSupprimer

Copyright

Avertissement : Le contenu de ce site Internet est protégé par le droit d'auteur. Toute reproduction sans demande préalable est interdite. / Warning : The content of this web site is copyrighted. Any reproduction is strictly forbidden.